L’Obligation de la bonne gouvernance en République démocratique du Congo

0 61

« Malgré tout ce qui nous détermine empiriquement l’un et l’autre, la raison nous fait obligation d’instaurer un autre règne, celui que Kant appelle le règne des fins. À l’action qui continue, le pardon s’efforce de substituer l’action qui commence, il suspend le mécanisme, il ouvre des possibilités nouvelles. Sa force est celle de la liberté, inattendue, imprévisible, créatrice d’un espace de vie humaine là où tout semblait être perdu. »

« Un homme qui prive un autre homme de sa liberté est prisonnier de sa haine, il est enfermé derrière les barreaux de ses préjugés (…) » Mandela.

La vraie personne qui détiendra le pouvoir en République démocratique du Congo pour relever le défi du peuple congolais et apporter une solution valable pour retrouver la paix et la sécurité aux pays africains de la sous-région des Grands Lacs doit imaginer une nouvelle approche dans la recherche de solutions au Congo démocratique. Elle devra envisager un projet de société qui s’inscrit dans le cadre de :

retour au Congo démocratique des réfugiés congolais se trouvant au Rwanda ;

l’intégration totale de la communauté tutsie congolaise dans la société congolaise au lieu de se faire haïr par d’autres communautés en place en cherchant toujours à rattacher l’ancien Kivu au Rwanda ou en faire un empire sous commandement du peuple minoritaire ; l’acceptation des réfugiés rwandais dans la société congolaise sur le sol congolais depuis 1994, pourchassés partout, sans que personne n’intervienne en leur faveur, où le Rwanda fait toujours la chasse à l’homme… Et la communauté internationale n’a rien donné comme solution jusqu’aujourd’hui par rapport à ce sujet.

Car ces citoyens rwandais causent des drames avec des conséquences incommensurables (tueries, viols, vols, pillages le long de la route des usagers, des récoltes, du bétail, des biens, de l’argent, incendie des maisons) au détriment de la population congolaise. Ils sont aussi enrôlés dans certaines milices des enfants légitimes de ce pays. Ces exactions causent aussi des déplacements massifs des citoyens congolais (qui fuient les atrocités) en abandonnant leurs biens. Dans le cas contraire, il faudrait envisager un dialogue interrwandais.

En adoptant ces réfugiés rwandais dans la société congolaise sur le sol congolais depuis 1994, la RDC aura l’aide et l’attention de la communauté internationale (qui n’est pas parvenue jusqu’aujourd’hui à résoudre cette problématique) et elle aura résolu le problème de l’identité, de l’agression du Rwanda et de l’Ouganda, de l’insécurité à l’est, des pillages, des viols, voire des groupes armés.

Attention, les enfants des réfugiés rwandais nés depuis 1994 sur le sol congolais connaissent nos dialectes, nos langues, nos tactiques, notre culture ; ils sont partout sans possibilité de les distinguer.

Ceci est une bombe à retardement s’il y a un manque d’imagination pour une nouvelle approche. En envisageant aussi le retour au Congo démocratique des réfugiés congolais se trouvant à l’étranger, on renouera les relations fortes avec les pays voisins, l’identité transnationale et l’intégration sous-régionale auront leur place. L’idéologie de haine contre les Tutsis et de suspicion contre le Rwanda à ce moment-là ne continuera pas de vicier les analyses sur le conflit en RDC et dans les pays africains des Grands Lacs. Il y aura des changements significatifs derrière cette idée de balkanisation de ce pays.

Devant une épidémie grave, aucun homme de bonne volonté ne peut rester indifférent. Personne ne peut dire : « Cela ne me regarde pas. Je ne suis pas docteur ! » Même sans être docteur, il y a toujours moyen d’apporter son aide dans la lutte contre l’épidémie.

Lire un extrait ici: https://www.edilivre.com/mag/index.php/frontwidget/preview/viewer/id/965522/

Lien de téléchargement complet(achat en ligne):  : https://www.edilivre.com/l-obligation-de-la-bonne-gouvernance-en-republique-democratique-.html

Leave A Reply

Your email address will not be published.