Bréxit : La sortie du Royaume-Uni de l’UE passe par la gratitude de certains pays européens envers la Grande-Bretagne.

2 204

Bréxit :  La sortie du Royaume-Uni de l’UE passe par la gratitude de certains pays européens envers la Grande-Bretagne.

Pourquoi ainsi ?

 Les années 1920 : La position mondiale de la Grande-Bretagne, quoique diminuée, demeurait exceptionnelle. Elle constituait avec la France, en l’absence des États-Unis, l’un des deux piliers essentiels de la Société des Nations. Elle s’efforçait, en Europe, de jouer les honnêtes courtiers, au prix d’un refroidissement des relations avec la France, dans le but d’une réinsertion de l’Allemagne dans la communauté des nations et de la restauration de la prospérité générale. En 1925, le pacte de Locarno, grâce à la garantie britannique de toutes les frontières à l’ouest de l’Europe, dégèle la situation et permet, l’année suivante, de faire entrer l’Allemagne à la S.D.N. Les Britanniques ont aussi favorisé la mise sur pied de règlements de réparations plus étalés et moins exigeants, en 1924 (plan Dawes) et en 1929 (plan Young). Dans le Pacifique, l’Angleterre a dû renoncer à poursuivre, en 1921-1922, son alliance avec le Japon, de façon à inclure les États-Unis (accords de Washington, 1922) dans un vaste ensemble international de garanties apportées à l’intégrité chinoise et à un système de parités fixes entre les flottes de haute mer ; ce qui équivalait à laisser aux Américains la police du Pacifique ! Ouvert très tôt à la reprise de relations commerciales avec la Russie bolchevique, après quelques velléités d’intervention armée contre-révolutionnaire, le Royaume-Uni reconnaît le premier l’U.R.S.S. en 1924… mais rompt avec elle en 1927. Reflet du pacifisme de l’opinion publique, la diplomatie britannique joue partout en faveur de la paix, incitant à l’ouverture d’une conférence du désarmement sous l’égide de la S.D.N. (elle s’ouvre en fait en 1932), participant en 1928 au pacte Briand-Kellog de mise hors la loi de la guerre ; les budgets militaires diminués attestent à la fois des incapacités matérielles et une volonté politique.

On ne saurait tenter une esquisse de l’histoire générale de la Grande-Bretagne sans rappeler les paradoxes de son histoire économique et sociale. Prudente dans sa politique extérieure, pacifique sauf lorsque ses intérêts et ambitions sont en jeu, elle lie souvent commerce et paix, est de toutes les grandes concertations entre puissances, se garde de toute alliance formelle.

Léopold, souverain et propriétaire du Congo

Léopold se considérait comme à la fois souverain et propriétaire du Congo. Il écrivait en 1906 : « Il n’y a pas de droit plus légitime ni plus respectable que celui d’un auteur sur son œuvre propre, sur le fruit de son travail… Mes droits sur le Congo ne sont à partager avec personne ; ils sont le fruit de mes propres combats et de ma propre dépense. » En même temps, son intention avait toujours été de léguer le Congo à la Belgique. En 1890, Léopold avait donné comme gage du prêt consenti par le Parlement la dévolution du Congo à la Belgique dans un délai de dix ans. L’ampleur des abus du régime léopoldien devint une affaire internationale en 1890. Un Noir américain, G. W. Williams, fut le premier à en fournir un exposé critique, cette année-là. Des missionnaires protestants, principalement britanniques et américains, commencèrent à rapporter quelques détails des souffrances infligées par la nouvelle politique économique. En 1895, quand Léopold eut à nouveau besoin de fonds, on débattit encore l’annexion éventuelle, mais cette fois-ci la Belgique fut réticente. Ce furent en fin de compte des pressions extérieures, celle de la Grande-Bretagne en particulier, qui contraignirent la Belgique à assumer la responsabilité formelle de la colonie en 1908. En 1900, le prolifique publiciste Edmond Morel prit fait et cause en Angleterre, et finalement constitua le Congo Reform Association, instrument destiné à susciter des pressions publiques contre les abus du régime léopoldien.

En 1903, la question des scandales du Congo fut évoquée pour la première fois dans un débat devant le Parlement britannique. Malgré la propagande de Léopold, contre-attaquant ce qu’il appelait les « campagnes anti congolaises », celles-ci contribuèrent à hâter la fin de l’État indépendant en tant que domaine privé royal. Pour la République Démocratique du Congo : Cette bravoure des missionnaires protestants, principalement britanniques et américains, des pressions extérieures, celle de la Grande-Bretagne en particulier, le Parlement britannique et les missions protestantes furent, pour la plupart, britanniques, américaines et scandinaves à la cause de la RDC mérite une gratitude de la part des dirigeants et du peuple congolais. De même, en 1827, l’Angleterre ne refuse pas d’aider la libération de la Grèce du joug des Turcs en 1827, aux applaudissements d’une opinion publique exaltée auparavant par les appels d’un Byron, mais n’entend pas être mêlée à des interventions répétées à l’intérieur d’États souverains.

Cette Grande-Bretagne qui jadis devient le bastion de la Réforme européenne et, aux yeux des plus enthousiastes, un « nouvel Israël » par qui le règne de Dieu arrivera sur la terre ; aujourd’hui confrontée face à la position farouche de l’UE sans une garantie valable aux anglais pour le Bréxit. L’UE est consciente que la sortie de l’Angleterre causerait un tourbillon aux pays européens. La question est, pourquoi la « grand-mère de l’Europe » veut se dissocier avec ses petits –fils ?

Effectivement la notion de « travailler ensemble » est difficile à définir. Si on vous dit de travailler ensemble, est-ce que vous travaillez vraiment ensemble ? S’il n’y a pas un bénéfice mutuel, est-ce que vous travaillez vraiment ensemble ? Malgré notre technologie d’espace, nos méthodes de travail ressemblent parfois plutôt aux hiérarchies du 19ème qu’à nos visions du 21ème siècle. (Andy Law, Président, St. Luke’s Advertising, London).

La France à travers le président Emmanuel Macron, l’Allemagne (Angela Merkel), la Russie (Vladimir Poutine), la Grèce (…), la Belgique (père de l’immigration forcé au Congo Démocratique, responsable de la mort de 10 millions des personnes au Congo lors de la colonisation) et la République Démocratique du Congo (…), à leurs tours devraient tendre la main ou cédez le pas au gouvernement britannique (Theresa May) de sa sortie de l’UE.

Le modèle des démocraties et la mère des parlements, la terre de chrétienté, le modèle et l’exemple du rayonnement intellectuel est contrariée de la façon dont elle travaille avec l’UE. Le manque d’effort et le moins d’expérience de l’UE devient souvent une question d’habitude. Elle espère que l’Angleterre porte une part toujours plus grande de leur fardeau, compte tenu qu’il est plus facile de briller lorsqu’un porte votre fardeau. On ne devrait pas s’attendre à ce que quelqu’un se développe dans un domaine pour lequel il n’est pas naturellement doué. Pourquoi ? Parce que votre capacité de croissance et de changement est très différente selon qu’il est possible de faire des choix ou non. Les gens qui n’ont pas d’influence propre ne peuvent en faire profiter les autres : On ne donne pas ce qu’on n’a pas. L’UE cherche à développer une mentalité du type moi en premier. Pourquoi n’est pas donner un prêt à la Grande Bretagne ou appliquer la troisième option synergique ? Pourquoi l’UE ne souhaite pas sortir dans sa zone de confort et s’engager sur un terrain complètement inconnu et sauvage ? « La troisième option synergique consiste de penser gagnant-gagnant et chercher vraiment d’abord à comprendre ». Dans le travail quotidien, nous décidons de comprendre les autres au lieu de nous imposer à eux avec l’objectif de travailler en synergie dans la pensée gagnant – gagnant.

Didier AMANI SANGARA, Rédacteur.

2 Comments
  1. LynnBig says

    Hi. I have checked your sangaraamani.com and
    i see you’ve got some duplicate content so probably it is the reason that you don’t rank hi in google.
    But you can fix this issue fast. There is a tool that creates
    articles like human, just search in google:
    miftolo’s tools

  2. MalissaBig says

    Hi. I have checked your sangaraamani.com and i see you’ve got some duplicate
    content so probably it is the reason that you don’t rank
    high in google. But you can fix this issue fast. There is a tool that rewrites articles like human, just search in google:
    miftolo’s tools

Leave A Reply

Your email address will not be published.