LE VRAI SENS DU MOIS DE LA FEMME

0 28

LE VRAI SENS DU MOIS DE LA FEMME

Qu’est-ce que le 8 mars ou le mois de la femme célébrer chaque année ?

  • Origine

Vraisemblablement, l’origine de tout être émane du Très-Haut, plus principalement l’homme ensuite la femme. Cette approche de la création est embrassée, par toutes les religions du monde sauf chez les athées. Etant donné que toutes les confessions constituent pour nous une base arrière qui nous servira de faire comprendre l’importance de la femme au sein de la société, il nous convient de maintenir la pensée relative à l’origine de l’homme et de la femme.

Et aussi, qu’il soit dit clairement que la femme demeure une voie par laquelle la vie et la productivité s’annoncent parmi les hommes.

  • Origine d’après les Saintes Ecritures

Depuis le jardin d’Eden, Dieu créa l’homme et la femme. Ils étaient   tous égaux, mais lorsque la femme a été séduite par le serpent et pécha contre la parole de Dieu, le jugement tomba sur eux. Pour la femme, Dieu dit : J’augmenterai la souffrance de tes grossesses, tu enfanteras avec douleur et tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi. « Genève 3 : 16 ; 1 Cor. 14 : 34 ; Tim. 2 : 5 ; 1 Pierre 3 : 6 ». La loi de Dieu depuis la création du monde est là, personne ne peut la changer ou la retrancher pour satisfaire ses désirs. « Apocalypse 22 : 18-19 ; Deutéronome 4 : 2, 12, 32 ; Proverbes 30 : 6 ; Apocalypse 13 : 8 ; 18 :7 ». Celui ou celle qui s’oppose à la loi de Dieu, est celui dont son nom n’a pas été écrit dès la fondation du monde dans le livre de vie de l’agneau qui a été immolé.

  • Autres origines :

Il était une fois des ouvriers américains en grève… une légende rapporte que le 8 mars 1857 à New York, les femmes employées dans les usines de textile se mettent en grève et descendent dans la rue pour revendiquer de meilleures conditions de travail : journée de 10 heures, des crèches et un (…)

Le mythe des origines du 8 mars : La légende de 1857 fait son apparition dans la presse, autour du 8 mars 1955. D’après un article de l’Humanité, la journée internationale des femmes perpétue la tradition de lutte des ouvrières de l’habillement de New York (…) Et hop, une citation/ Tant qu’une seule femme sur la planète subira les effets du sexisme, la lutte des femmes sera légitime, et le féminisme nécessaire. Isabelle Alonso, écrivaine et féministe française- mars 2001. C’est la journaliste allemande Clara Zetkin qui a lancé l’idée d’une journée internationale des femmes.

  • Histoire du 8 mars

Comment le 8 mars est devenue la journée Internationale des femmes.

Au début du XXème siècle, les femmes de tous les pays s’unissent pour défendre leurs droits. La légende de l’origine du 8 mars remonte à une manifestation d’ouvrières américaines du textile en 1857 évènement qui n’a en réalité jamais eu lieu. L’origine de cette journée s’ancre dans les luttes ouvrières et les nombreuses manifestations de femmes réclamant le droit de vote, de meilleures conditions de travail et l’égalité entre les hommes et les femmes, qui agitèrent l’Europe, au début du XXe siècle.

La création d’une journée internationale des femmes est proposée pour la première fois en 1910, lors de la conférence Internationale des femmes socialistes, par Clara Zetkin, et s’inscrit alors dans une perspective révolutionnaire.

La date n’est tout d’abord pas fixée, et ce n’est qu’à partir de 1917, avec la grève des ouvrières de Saint Peters bourg, que la tradition du 8 mars se met en place.

Après 1945, la journée internationale des femmes devient une tradition dans le monde entier.

Jusqu’à nos jours…

La date est réinvestie avec le regret féministe des années 70 et la Journée internationale des femmes est reconnue officiellement par les Nations Unies en 1977, puis en France en 1982. C’est une journée de manifestation à travers le monde, l’occasion de faire un bilan. La journée des femmes reste aujourd’hui d’une brulante actualité. Car tant que l’égalité entre les hommes et les femmes ne sera pas atteinte, nous aurons besoin de la célébrer.

Lire :

  • L’article de Clara Magazine: « Le jour où le 8 mars est devenu la journée internationale des femmes » n° 70 – mars 2002 ;
  • Lire l’histoire de la journée internationale des femmes, UNESCO ;
  • Lire La journée internationale des femmes où les vrais faits et les vraies dates des mystérieuses origines du 8 mars jusqu’ici embrouillées, truquées, oubliées : la clef des énigmes, la vérité historique, de Renée Coté, Remue-ménage, Montréal, 1984. Plaisamment présentée, une quête de la vérité sur le 8 mars, à travers le labyrinthe des archives du mouvement socialiste ;
  • Le 8 mars se suivent, mais quelle signification : article d’Elisabeth Claude, 2002.
  • Lire Le XXe Siècle des femmes, de Florence Monteynard, Nathan, Paris, 1999.
  • Réécrire l’histoire des femmes, par Brigitte Patzold, le monde diplomatique, juin 2000.

Chaque jour, nous enregistrons plusieurs naissances qui s’annoncent par l’entremise des femmes qui ont porté une vie durant neuf mois de souffrance particulière. L’allaitement, l’apprentissage à parler et à marcher, la gestion des caprices innocente du nourrisson, son développement staturo-pondéral, son éducation de base incombe de façon singulière à la femme – mère uniquement. C’est pourquoi le monde entier parle de « langue maternelle », jamais de « langue paternelle ». Il ne peut jamais y avoir un jour sans qu’un « anniversaire » de naissance soit célébré à l’honneur de la femme- mère. Il n’y a pas de démographie en dehors de la femme.

Les pays qui ont une forte démographie comme par exemple, la Chine avec son un tiers de la population mondiale accède très facilement à des avancées économiques palpables. En réalité, il n’y a aucun jour où la femme n’apparait pas d’une manière ou d’une autre.

Nous pensons que c’est par égoïsme traditionnel des hommes qu’ils finissent par céder « un mois » à la femme. Sinon, à titre de reconnaissance et vu de ce qui vient d’être dit ci-haut, la femme apparait tous les jours dans tous les domaines. Présentement, la femme s’est déjà taillée une place prépondérante dans la communauté ; et en réalité, il est pratiquement impossible de lui faire subir des reculades d’exclusion dans la gestion de la « chose publique ».

  • Les conséquences de la journée du 8 mars ou du mois de la femme

Nous croyions parler du mois de la femme et voilà que l’égoïsme masculin s’est doré et déjà imposé et octroyé à la femme « une seule journée ou un mois »au cours d’une année. Peut-on parler du mois de la femme, d’une journée ou moins que ça ? Quoi donc, voudriez-vous que les femmes expriment tout ce qu’elles pensent ou plutôt manifestent leur importance dans la communauté dans un délai de plus ou moins douze heures ? Si elles avaient plus d’une journée, elles auraient suffisamment de temps de s’exprimer et les casses seraient réduits.

Quelque part, les abus enregistrés dans cette journée pourraient en partie se justifier quand bien même chez certaines femmes des débordements honteux sont observés. Les hommes qui commettent des dérapages sociaux inouïs ne devraient jamais prétendre les juger.

De deux cotés, nous assistons à des vices contre nature liés aux faiblesses du genre. Il ne sert à rien de culpabiliser l’un ou l’autre. Ainsi va la société, ainsi va le monde.

Pour la RDC, le chômage des hommes a conduit les femmes à la débrouillardise aberrante de telle sorte que la responsabilité de l’homme s’est profondément désagrégée au détriment de la famille restreinte. A cette problématique, la part du gouvernement vient en premier lieu car la prévoyance sociale et le travail sont de ressort juridictionnel. Les femmes se demandent que faire ?

Porter le ruban blanc : Pour signifier votre opposition à la violence des hommes à l’égard des femmes, portez un ruban blanc épinglé à votre vêtement ?

Placer un balai à la fenêtre : Placez un balai à l’extérieur de la maison ou à la fenêtre pour monter votre soutien : contre le travail domestique bénévole, contre la double journée de travail des femmes, pour un partage équitable de tâches ménagères.

Faites grève : Le 8 mars, faites grève pour un monde qui respecte le travail des femmes : pour refuser le travail bénévole et pour réclamer l’égalité des salaires.

Descendez dans la rue : Réappropriez-vous l’espace public : défilez avec des banderoles, organiser une marche de nuit ou faites un setting sur la place publique ?

Partager un repas entre femmes : Organiser un repas avec des femmes de votre quartier, vos copines ou réunissez les femmes de la famille. La règle : 100% femmes, aucun homme, pas trop de rose.

Eviter les fleurs : Ce n’est pas la fête des mères, ne confond pas/ refuser les cadeaux caricaturaux : fleurs, dessous de plat, nécessaire à manucure, etc. Qui renvoient les femmes aux stéréotypes dont elles souhaitent s’émanciper.

Proclamez-vous féministes : Être humaniste, c’est souhaiter les mêmes droits pour les femmes que pour les hommes. C’est souhaiter construire une société, où hommes et femmes seraient partenaires et non plus rivaux. Alors, pourquoi s’en cacher ?

Le 8 mars célébré chaque année devrait être le jour où toutes les femmes du monde devraient plaider contre :

  1. Les viols faits à la femme par les hommes armés ou en uniforme ;
  2. Les différentes formes de violences basées dans leurs foyers ;
  3. Plaider coupable :
  • Aux auteurs des avortements ;
  • A l’abandon de l’enfant dans la rue.
  1. Défendre les droits des enfants de la rue et chercher comment protéger les veuves et les orphelins.
  • Le rôle de la femme dans la société

La femme a plusieurs   rôles à jouer au sein de la société, qui sont par exemple :

  1. Dans le domaine des conflits:

La femme devrait être à la hauteur de résolution des conflits en commençant dans son foyer.

Elle doit monter à ses enfants, la valeur dans l’unité, paix et développement ; éviter la haine, division et tribalisme. Tous, nous sommes invités à vivre ensemble sans distinction des races ou tribus. Elle doit épanouir ses relations, ne pas empêcher sa fille d’être épousée par un homme qui n’est pas de son tribu ou [1]empêcher son garçon d’épouser une fille à laquelle il est attaché par un vrai amour. Connaissance sur le concept de la violence, à ses différentes manifestations, aux conséquences qu’elle entraîne pour tous et toutes.

  1. Dans le domaine d’éducation

La femme devrait s’impliquer davantage dans l’alphabétisation des femmes analphabètes au sein de la société. Elle peut intervenir dans le processus électoral pour guider la femme analphabète de choisir mieux son candidat. La femme joue une importance capitale dans l’éducation de l’enfant au sein de la société, dans le foyer et dans son pays. Combattre l’esclavage sexuel basé dans plusieurs institutions et travail, combattre l’homosexualité (Genèse 2 : 18, 23).

  1. Dans le domaine de la santé
  • Le sida: jouer le rôle actif dans l’atténuation de la maladie en fournissant des informations et des conseils nécessaires, fiables et en prenant des mesures pour prolonger l’éducation de base ;

Quand une fille tombe enceinte, sa vie est marquée par la détresse, le refus, la peur, la colère et le désespoir ; les parents doivent la soutenir pour ne pas se faire des illusions ou de songer qu’elle est abandonnée et prendre des décisions d’avorter, fuir la maison et se marier tôt. Malheureusement, toutes les mères adolescentes ne bénéficient pas du même soutient familiale ni ne possèdent le même optimisme. Beaucoup se sent sombré brutalement dans un dénuement qui semble irrémédiable. Certains doivent évacuer le traumatisme laissé par un viol ou des violences. Rien de bien optimiste dans tout cela pour l’enfant à naître. Les bébés de ses jeunes mères, comparativement à ceux de femmes plus âgées, ont souvent un poids plus faible à la naissance, sont davantage sujets à la mortalité et aux maladies infantiles, ne bénéficient pas de soins médicaux aussi adaptés, souffrent plus fréquemment de faim et de la mal nutrition, sont davantage victimes de la violence et ont une croissance plus lente. Par ailleurs, les filles nées d’adolescences sont plus exposées que les autres à maternité précoce.

Quelle est l’ampleur de ce problème ? Comment les mères adolescentes peuvent – elles surmonter les difficultés liées à l’éducation de leur enfant ?

Les faits indiquent que la maternité précoce pose plusieurs problèmes complexes d’ordre social et affectif.

Les facteurs déclenchants :

  • Foyers brisés ;
  • Victimes des viols : le traumatisme déclenche chez certaines, une souffrance affective qui peut se manifester plus tard, par une attitude destructrice. Elles se trouvent qu’elles ne vont rien.
  • Pas de communication avec les parents ;
  • Victimes de curiosité et d’un excès de confiance en elles ;
  • Séparation des parents ;
  • Ignorance sur les conséquences d’une activité sexuelle ; à quoi s’attendre quand ils ont des relations sexuelles, ni ce que veut dire enceinte. Ils ne font apparemment pas toujours le lien entre les rapports sexuels et la maternité. Les adolescentes sont tellement choquées ou surprises lorsqu’elles ont découvert qu’elles étaient enceintes, même si elles n’avaient pas eu recours à la contraception.

Les séquelles affectives

Quelques-unes se laissent envahir par la peur et un sentiment de culpabilité. Elles sont nombreuses à sombrer dans une dépression grave « vivre ou mourir, ça m’était bien égal »

Quelle que soit sa réaction, la jeune fille devra prendre des décisions qui engageront son avenir et celui de son enfant.

Comment surmonter ces difficultés de la maternité précoce ?

Ne soyez pas submerger par la peur et l’anxiété quand vous découvrez que vous êtes enceintes. Toutefois, cela ne vous mène à rien de vous laisser paralyser par des sentiments négatifs. « Qui observe le vent ne sèmera pas, et qui regarde les nuages ne moissonnera pas ». « L’agriculture que la crainte des entreprises immobilisent n’agira pas comme il doit. Quant à vous, ne restez pas les bras ballants. Tôt ou tard, il vous faudra avancer et assumer vos responsabilités.

Alors, quels choix s’offrent à vous ? Certains vous proposent d’avorter. Mais ce n’est pas une solution pour celles qui désirent plaire à Dieu, car la Bible laisse clairement entendre que l’avortement est contraire à la loi de Dieu. La vie de tout embryon, même conçu en dehors du mariage, est précieuse aux yeux de Dieu. Pour éviter l’embarras, pourquoi ne pas épouser le père, et élever l’enfant ensemble ? Ceci doit se faire seulement dans le Seigneur, avec quelqu’un que vous partagez vos croyances. Les faits prouvent qu’un mariage hâtif, peut être de courte durée, ne fait qu’ajouter au chagrin et à la douleur. Malgré les circonstances défavorables, c’est à vous que l’occasion est donnée de prendre soin de votre enfant et de l’élever.

Pour affronter la situation, il faut l’admettre en mettant en pratique de votre mieux les principes bibliques et en comptant sur la force et la direction divine :

  • Rénover de bonnes relations avec Dieu ;
  • Cesser toute relation sexuelle pré-conjugale, en être strictes, les lois de Dieu sont là pour nous protéger ;
  • Dites-le à vos parents ;
  • Sachez remercier ;
  • Apprendre le « le métier » de maman et acquérir une formation sur le groupage sanguin Rh.

Comment aider et protéger les jeunes filles ?

  • Enseigner de fuir la fornication, éviter l’immortalité sexuelle ;
  • Devoir d’encourager nos filles adolescentes de se transformer. Qu’ils comprennent également que l’enfant qui a été conçu en dehors de liens du mariage n’y est pour rien. Au lieu de le regarder d’un œil hostile. Il faut lui tendre autant d’affections, de compassion et de bonté ;
  • Traiter les mères célibataires avec la bonté et considération ;
  • Offrir à leurs enfants une atmosphère chaleureuse et pleine d’amour.

L’avortement

Comment réagiriez- vous à une grossesse non désirée ? Pourquoi opte-t-on si souvent à l’avortement ?

Quelle que soit la situation, prendre la décision de mettre de libéralement un terme à une grossesse ; c’est un crime grave. La culpabilité devient de plus en plus élevée. Les femmes qui envisagent l’avortement sont introduites en erreur. Mais où est la vérité ? L’avortement consiste-t-il à n’enlever qu’un amas de cellules du corps d’une femme enceinte ? Dans l’utérus, un enfant est-il réellement un être humain ? Comment pouvez- vous, vous faire pardonnez à un enfant avorté, qui aurais dû mourir, mais il a survécu ?

« Il ne peut plus y avoir de doute. Chaque humain est un être totalement distinct dès le début de sa vie à fécondation ». Cette nouvelle vie humaine, séparée de sa mère par une enveloppe protectrice, est une personne, dotée d’une empreinte génétique qui lui est propre (Job 3 : 3 ; Psaumes 139 : 16) « Tes yeux ont vu mon embryon, et dans ton livre étaient inscrites toutes ses parties » c’est un homme qui a été conçu.

Le rôle de la femme dans ce cas, est d’amené la jeune fille adolescente à prendre conscience qu’elle porte une vie en elle, ce qui modifie sa façon de voir. « Les plans de l’homme diligent conduisent à un avantage, mais tout homme qui agit avec précipitation va à l’indigence, à coup sûr » (Proverbes 21 : 5). Il faut l’accepter, c’est une vie humaine.

« Quant à quiconque est sage, il a ses yeux dans sa tête ; mais le stupide marche dans les ténèbres » (Ecclésiastes 2 : 14). Une femme sage, regarde la réalité en face et elle se sert des yeux dans sa tête. Cela lui permet d’évaluer précisément les conséquences de ses actes. La femme avisée agit avec compassion pour protéger la vie qu’elle porte.

La mise à l’épreuve

Quand on vous pousse à avorter, éviter de céder. Il fera bien de réfléchir à ceci : « Celui qui a peur des autres est pris dans un piège. Mais celui qui met sa confiance dans le Seigneur est en Sécurité » (Proverbes 29 : 25). Malgré, de voir s’évanouir vos perspectives d’avenir, ne laisser personne vous induire en erreur pour tuer un être humain. Ne cherchez pas à plaire à l’homme, quoique vous fassiez, plaisez seulement l’Eternel ; quand on cherche à lui plaire, Dieu vous bénit. Il est la source de la vie, les lois et les principes qu’il énonce dans sa Parole sont pour notre bien ou pour notre bonheur « Deutéronome 10 : 13 ». Il faut laisser la Parole de Dieu révélée à son temps influencer vos décisions. La Bible doit être notre guide, non les principes des hommes.

La femme d’aujourd’hui est devenue un assassin : on ne devrait pas arrêter seulement les auteurs des crimes de guerre et crime contre l’humanité ; on devrait aussi arrêter les femmes et les filles qui tuent l’être humain en enlevant les grossesses ou en avortant.

Toujours dans toutes choses, il y a deux choses : le vrai et le faux, la vérité et le mensonge, l’original et le pirate. Et l’homme cherche toujours de temps en temps les moyens de s’opposer à Dieu pour satisfaire ses désirs charnels ; et pourtant il n’est rien, tout ce qu’il peut faire, c’est limitation ; l’originale reste toujours là. Comme dans la femme, il y a plusieurs désirs, le même sentiment qui a poussé Eve d’écouter la mauvaise interprétation du serpent qu’à la Parole de Dieu, croyant qu’elle va créer comme Dieu ; a réapparu encore de nos jours. Poussée par ses désirs, elle trouve avoir perdu sa place que l’homme ; d’où l’émancipation de la femme à « la une qui cause plusieurs drames dans nos ménages et dans la société ».

La femme d’aujourd’hui cherche à corriger Dieu, elle se demande pourquoi elle est née femme …. La science et l’industrie de loisirs, influencent des esprits mauvais comme au commencement dans le jardin d’Eden ; où Satan, s’opposât à la volonté de Dieu en séduisant Eve. Avec la science, aujourd’hui les filles changent leurs sexes féminins en sexe masculins ; elles ne veulent pas se marier, mais pour satisfaire leurs désirs sexuels, elles utilisent des matériels en forme du sexe masculin à la place de l’homme.

Certaines sont allées très loin en faisant l’amour dans l’anus et dans la bouche.

Je pense que chaque organe du corps humain a son rôle, la bouche pour manger et parler, l’œil pour voir, l’anus pour se soulager. Ceci est la volonté de Dieu et personne ne peut y apporter des changements. La femme est allée très loin, ce qu’elle veut, c’est être seulement l’homme et ceci se cache dans la parité. Quoique vous fassiez, attendez-vous au jugement de Dieu où tu te trouveras toi-même sans personne à tes cotés pour te dire quoi faire.

Par Didier AMANI SANGARA

Sangaraamani.com

[1]

Leave A Reply

Your email address will not be published.